blog.categories.trip-and-adviceHistory, art and culture
Charlotte Tricoire

Charles Dickens : la Vie de Dickens en 10 Faits

Dix faits amusants sur Charles Dickens, l'un des auteurs préférés des Londoniens

Auteur de chefs-d'œuvre littéraires tels qu'Oliver Twist et Les grandes espérances, Charles Dickens est l'un des plus grands romanciers de langue anglaise, ainsi qu'un auteur de renommée mondiale. Il est autant admiré pour ses merveilleux personnages et ses descriptions inégalées du Londres de la révolution industrielle que redouté pour le volume de ses énormes romans.

Peu d'auteurs ont réussi comme lui à fasciner le public génération après génération. Et il n'y a pas de meilleure preuve de son succès intemporel que les incessantes adaptations cinématographiques et télévisuelles de ses œuvres les plus célèbres. Profitez de votre voyage à Londres pour découvrir quelques faits intéressants sur l'un des auteurs qui a le mieux dépeint la capitale britannique.

1. Charles Dickens a inclus plus de 100 lieux londoniens dans un seul livre

De nombreux romans de Dickens se déroulent à Londres, qui est souvent décrite avec de nombreux détails. Mais dans l'un de ses livres, Dickens a battu tous les records. Il ne s'agit pas des Grandes espérances ou d'Oliver Twist, mais de Barnaby Rudge, l'un des premiers romans historiques de Dickens, qui a pour toile de fond les violentes émeutes anti-catholiques de Londres en 1870, connues sous le nom d'« émeutes de Gordon ». Dans ce roman, plus de 100 lieux différents de la ville sont évoqués, je suis sûr que même les guides touristiques ne peuvent pas faire mieux !

2. Charles Dickens a eu une enfance difficile

Charles Dickens est né à Portsmouth en 1812, fils de John et Elizabeth Dickens. Charles est le deuxième d'une famille de huit frères et sœurs. La famille Dickens était une famille pauvre, à tel point que le père de Charles a dû aller en prison pendant six mois parce qu'il ne pouvait pas payer ses dettes à temps. Le petit Charles n'a alors que 12 ans, mais il est contraint d'abandonner l'école et de travailler pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Il travaille dix heures par jour à coller des étiquettes sur des pots de bitume dans une usine située près de l'actuelle gare de Charing Cross. Cette expérience lui a permis d'acquérir les connaissances nécessaires pour décrire de manière fascinante et sombre le travail des enfants à l'époque dans des œuvres telles qu'Oliver Twist.

3. Dickens a travaillé comme journaliste avant de se lancer dans l'écriture de romans

Avant d'écrire plusieurs des plus grandes œuvres de la littérature britannique, Charles Dickens a travaillé comme journaliste pour des journaux tels que The Mirror of Parliament et The True Sun. Il a même été reporter parlementaire pour le Morning Chronicle en 1833, avant que sa carrière de romancier ne prenne son envol en 1836 avec Les Papiers de Pickwick. Plus tard, il est également devenu rédacteur en chef de journaux.

4. La maison londonienne de Dickens est toujours ouverte au public

Bien que Dickens ait déménagé à plusieurs reprises, son ancienne résidence, située au 48 Doughty Street, est toujours debout et est devenue aujourd'hui le musée Charles Dickens. L'écrivain immortel a vécu dans la maison de Doughty Street pendant plusieurs années au cours des années 1830. On dit que c'est là qu'il a écrit trois de ses œuvres les plus célèbres : Oliver Twist, The Pickwick Papers et Nicholas Nickleby.

5. Charles Dickens s'est séparé de sa femme après 22 ans de mariage.

Après plus de 22 ans de mariage et dix enfants (sept fils et trois filles), Charles Dickens et sa femme Catherine Hogarth se séparent légalement en 1858. Catherine a eu 20 grossesses, mais seules dix ont abouti. Un an avant la séparation, à l'âge de 45 ans, Charles Dickens a rencontré Ellen Ternan, une actrice de 18 ans, dont il est tombé amoureux par la suite. Charles Dickens s'est séparé légalement de sa femme et a cessé de vivre avec elle, mais n'a jamais divorcé. Peut-être parce que le divorce était mal vu à l'époque victorienne, ou peut-être parce qu'il ne remplissait pas les conditions requises.

6. Dickens était fasciné par les phénomènes paranormaux et la magie

Charles Dickens était en quelque sorte un magicien amateur et s'est même produit professionnellement dans des lieux tels que Bonchurch et Rockingham Castle. Certains de ses tours les plus réussis sont : « La carte qui saute » et « La merveille de la miche de pain ». Sa prédilection pour ce monde fantastique est évidente dans plusieurs de ses livres, où il décrit en détail les magiciens et les illusionnistes, comme dans Nicholas Nickleby et The Antique Shop (Le magasin d'antiquités). Il était également un membre enthousiaste du Ghost Club, une organisation chargée d'enquêter sur les phénomènes paranormaux à Londres.

7. Charles Dickens avait une porte secrète dans son bureau

Avant que James Bond n'apparaisse sur nos écrans, Charles Dickens disposait déjà d'ingénieuses portes secrètes dans sa maison du Kent. Le célèbre romancier avait fait installer dans son bureau une porte secrète qui ressemblait à une bibliothèque. Il semble qu'il ait même imaginé les titres des faux livres qui devaient remplir les étagères et qu'il les ait envoyés à son relieur pour qu'il les fabrique. Il s'agissait par exemple de La vie des chats (en neuf volumes) et d'autres titres tout aussi ingénieux. Apparemment, seul Dickens était autorisé à franchir la porte secrète du bureau, même les domestiques n'étaient pas autorisés à entrer pour faire le ménage.

8. Charles Dickens est enterré dans l'abbaye de Westminster

En 1870, après un marathon d'écriture d'une journée entière au cours duquel Dickens a travaillé sur son roman inachevé Edwin Drood, le romancier a été victime d'une attaque cérébrale et est décédé. La Grande-Bretagne a reconnu en lui l'un des plus grands créateurs de tous les temps et lui a décerné les plus hautes distinctions. Il a été enterré dans le « Poet's Corner » de l'abbaye de Westminster, aux côtés d'autres légendes littéraires telles que Geoffrey Chaucer et Alfred Tennyson.

9. Charles Dickens a utilisé le mot kangourou une seule fois dans toute sa carrière littéraire

Dickens avait un large vocabulaire, mais le mot kangourou était très inhabituel à son époque. Dickens ne l'a utilisé que dans son roman David Copperfield, où il écrit : « Je n'oublierai jamais comment, en un instant, il s'est transformé en un homme téméraire, ardent et plein de folles espérances ; et comment, aussitôt, Mme Micawber s'est mise à parler des mœurs du kangourou ». Curieusement, Charles Dickens n'a jamais voyagé en Australie, mais deux de ses fils y ont émigré. Nous supposons qu'ils doivent avoir prononcé le mot kangourou plus fréquemment que leur père.

10. Charles Dickens a subi un terrible accident de chemin de fer dont il ne s'est jamais remis

En 1865, il y a eu un terrible accident de train connu sous le nom d'accident ferroviaire de Staplehurst. Le train dans lequel voyageait Charles Dickens a déraillé. Ni Dickens ni ses compagnons n'ont subi de blessures mettant leur vie en danger. En fait, Dickens a aidé à sauver plusieurs passagers et a ensuite soigné plusieurs blessés. Le romancier est mort cinq ans après l'accident et, selon l'un de ses fils, il ne s'est jamais complètement remis de cette expérience traumatisante.

Faites des économies à Londres avec le London Pass

Voilà pour les 10 faits amusants sur Charles Dickens, nous espérons que vous les avez trouvés divertissants. Nous sommes certains que si vous visitez son musée à Londres, vous découvrirez de nombreuses autres histoires intéressantes sur Dickens, son œuvre et sa relation avec Londres. Cette ville au sujet de laquelle un autre grand poète britannique a dit : « Celui qui se lasse de Londres a assez vécu ».

Si vous aussi vous voulez profiter au maximum de cette métropole fascinante, nous vous recommandons de ne pas manquer les avantages du London Pass®. Avec le London Pass®, plus vous visitez, plus vous économisez !

Love this article? Why not share it:

Achetez en toute confiance

Annulation gratuite

Nous comprenons que vos projets peuvent changer. C'est pourquoi tout forfait prépayé non activé est remboursable jusqu’à 90 jours après l’achat.

En savoir plusChevron Icon

Des questions ?

Parcourez notre FAQ. Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, nos agents du live chat sont à votre écoute.

Voir la FAQChevron Icon

The London Pass® est bien noté. Lisez les avis de nos clients.

Encore plus d'économies, ça vous dit?

C'est cadeau ! Inscrivez-vous à notre newsletter pour immédiatement obtenir un code promo de -5%, puis recevoir des offres exclus, des conseils de voyage et plus encore.

  • Thick check Icon